Dès l’entame de ma lecture, j’écarquillais les yeux, j’ouvrais presque la bouche, tellement j’étais charmée par les images que me renvoyaient les mots du conte, par l’air enchanteur qui s’en dégageait.

Oui, j’ai été traversée par sensations et émotions, j’ai été emportée … J’ai compris un peu plus ce que c’est qu’écrire.
J’ai pensé à Une vie de Boy de Ferdinand OYONO, dont la lecture nous a été recommandée par un formateur, Journaliste. Elle l’a été pour que l’on se saisisse de la façon de créer des images avec les mots, pour enrichir nos écrits et leur donner plus de saveurs.
J’ai aussi pensé à Les soleils des indépendances de Ahmadou KOUROUMA, que j’ai aussi commencé à lire, et où l’auteur nous montre avec maestria que le maniement de la langue et la création des images permettent de toucher le fond de tout lecteur.
Dès l’entame de ma lecture, je n’ai pas manqué de dire les sentiments qui me traversaient, à l’auteur, KLE Blé Louis Donatien. Je suis tombée amoureuse … Et je me suis dit que c’est tout à fait normal de bien écrire, surtout quand on est professeur de français ! Mais que non, l’auteur m’a fait réfléchir. Avons-nous tous la fibre d’écrivain? Bien qu’Hommes  de Lettres ? Cette sensibilité, cette prédisposition, cette disposition aux choses de l’écriture ? Sommes-nous tous prêts à être amants, amantes des mots ? A nous donner cœur, corps et âme à eux ?
Comme je suis intéressée par la culture, comme j’aime voyager et rêver parce que cela permet entre autres de détendre l’Esprit et de l’aérer, l’on peut comprendre comment je peux tomber amoureuse d’un conte … d’un si beau conte, qui regorge de mille enseignements.
LA DETTE QUI BOULEVERSA LE MONDE de Monsieur KLE a pour accompagnateur, en terme d’éditeur, LES ÉDITIONS DU NET. Ce sont 116 pages, entraînantes auxquelles vous aurez affaire.
Le conte convient à tous ! Son niveau de langue a été dit soutenu, par la Journaliste Marie Laure N’GORAN, dans la page Culture du journal parlé de la RTI 1 .
Je le dis parfois, buter sur plusieurs mots en quelques pages freine ma lecture et peut même me faire l’arrêter définitivement en jetant ainsi, aux oubliettes, un livre. Et bien, cela ne sonne pas bien parce que ce n’est certainement pas la faute des auteurs si mon niveau est bas 🧐🤔 Laissez-moi par ailleurs profiter de cette lucarne pour
exprimer un coup de gueule. Il y a des auteurs qui exagèrent … Bon, j’arrête.
Avec le livre de KLE, j’avais plutôt hâte d’ouvrir mon dictionnaire numérique – mes amis 🧐, je vous prie d’avoir, parmi vos mille applications, un dictionnaire … cela permet de faire des recherches rapides, de suivre une conversation – genre tu n’as pas compris ton interlocuteur mais tu te mets vite à jour en esprit pour ne pas paraître trop niais – d’apprendre … et de de poursuivre le voyage !
On peut être emporté, juste par l’histoire,  sans même savoir la réalité que l’auteur exprime de façon allégorique dans La dette qui bouleversa le monde ! C’est en lisant l’Epilogue que j’ai moi fait le lien avec notre situation politique ! Notant bien ici que la politique est en réalité une entreprise noble, une donnée qui touche tout le monde car il s’agit de stratégies pour mener une communauté à son épanouissement !
Le conte, c’est l’histoire de Boin, la souris, qui emprunte des graines d’arachides au chat mais qui ne paie pas sa dette, alors qu’il connait richesse … Le chat cherche des médiateurs pour être remboursé mais personne ne se dit intéressé par l’affaire. C’est ainsi que tout bascula. Tout ceux qui ne se sont pas senti concerné ont très mal fini.
L’auteur nous parle d’une dette de la société (voir lien de vidéo plus haut). Nous sommes tous concernés … Il l’a redit lors de notre entrevue pour mon émission littéraire sur la radio communale de Bingerville.
La seule chose avec laquelle je ne suis pas vraiment d’accord, c’est que l’auteur se réclamant néo-négritudien et situant la naissance et l’essor de l’écriture Africaine dans les sillons de l’époque des indépendances dans nos pays, il demande que l’on revienne à l’essence de la chose, en écrivant nos réalités, problèmes sociaux principalement liés à la façon dont nos états sont gérés. Plus, sinon moins de « Novelas » !
Bon, c’est certainement comme dire, arrêtons un peu de nous focaliser sur la bouffe et les danses … Et concentrons nous sur une certaine éducation pour que nos populations puissent faire de meilleurs choix pour elles et pour la postérité. En même temps, vu comment l’auteur a habillé ses pensées – Il nous parle de l’Homme  qui quand il est dans le besoin, sait parler d’humanisme pour qu’on lui vienne en aide et de ce même homme qui est si ingrat … quand il s’en sort. Il nous parle de la polygamie et de la vie de débauche qui naît parfois avec la richesse, quand elle nous surprend au point de nous rendre fous. Il nous dit pourquoi le chat en veux à la souris, pourquoi, pourquoi … – C’est clair qu’en donnant du plaisir, on en profite pour injecter une dose d’éléments pour attirer l’attention sur de véritables problèmes et faire prendre conscience … juste de l’Art.
QUELQUE MOTS FORTS – PAROLES DE CHANSONS – DU CONTE EMPREINT DE LA CULTURE WÊ :
« Qui se met à la tâche récolte le fruit de son courage.
La sueur qui coule fait germer le bonheur.
Le fils du riche est voué à la richesse
Celui du pauvre ne peut échapper à la peine.
Au vivant appartiennent ses rêves
Mais à Dieu revient la décision finale.
Au travail succède la richesse
Mais du créateur viennent le bonheur et la prospérité » Pages 10-11.
13 chapitres vous attendent … Bonne lecture !
7701FD86-BE21-4E41-969F-0CD2AE871BD7

Merci de suivre le blog, de vous abonner, de participer à sa découverte ! À bientôt pour un autre partage, 😘

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :