AVEC CONVICTION … Je ne sais pas. Je me pose encore plein de questions. Je me souviens de ce café littéraire avec l’auteure, à Krigambo, mi-février, pendant le Festival Ahoko Kouah’in de Contes.

Je me souviens des questions de ces jeunes élèves, pertinentes. J’aurais voulu en poser mais, je n’avais ni pu avoir l’œuvre plus tôt, ni la lire. Je l’avais achetée sur place, pendant le café littéraire.

Je me souviens des questions de jeunes femmes principalement, qui voulaient savoir si l’auteure est pour la polygamie, si quelque part, dans la nouvelle « MON SECRET », 2ème nouvelle, P.15, on ne banalisait sinon n’encourageait « le viol » … En fait, dans « MON SECRET », un homme, amoureux de deux femmes, décide de les garder toutes les deux. Il ne veut pas choisir l’une d’entre elles. Il leur dit qu’il veut les épouser toutes les deux. En même temps. Il veut habiter avec les deux. Il leur a laissé le choix d’accepter cela sinon de renoncer à lui … Les deux femmes, dans « MON SECRET », ont fini par être coépouses. Les querelles étaient par ailleurs pratiquement journalières. Enfin, les manières …

Un jour, alors que le « roi » était avec l’une de ses femmes dont c’était « le tour », l’autre, insistait pour le voir. Elle toquait à la porte. Elle faisait même du bruit. Savez-vous ce qu’il s’est passé ? Le cher époux entraîna Ahoua, l’épouse qui insistait pour le voir après minuit, alors qu’il était avec Assita, dans la chambre. Il leur demanda, à ses amoureuses, de se dévêtir et puisqu’aucune des deux n’obéi, il commença par s’occcuper d’Assita en lui arrachant presque sa chemise de nuit et obligea Ahoua à regarder. Après quoi, ce fut le tour d’Assita d’être spectatrice. L’auteure a-t-elle là traduit le désir profond de plusieurs personnes? De polygames ? Elle nous apprend en tout cas qu’après cette nuit, les deux femmes sont devenues des amies, des complices … Moi, je ne sais pas ce qu’il faut comprendre là. J’ai été choquée. Quelle conclusion ? La nouvelle doit bouleverser ? Oui, il y a de quoi bouleverser dans AVEC CONVICTION ! En tout cas, l’auteure nous apprend comme ma dédicace par elle faite, que si l’on lit AVEC CONVICTION avec conviction, on verra les réalités Africaines … 

FB_IMG_1576190620916

112 pages de KOMARA Constance Mariam, Premier Prix Isaïe Biton Koulibaly de la Nouvelle en 2003 ; Diplômée de l’Ecole Normale Supérieure et de l’Université d’Abidjan, Inspectrice de l’Education Nationale. 15 nouvelles font le corps du recueil de nouvelles. Edition : Editions Eburnies.

Parmi les nouvelles qui m’ont le plus marquée, je voudrais en outre citer :
« LA RAISON NE TIENT QU’A UN FIL », nouvelle 4, P.31, dans laquelle un vieux retraité qui vit tranquillement sa vie, disparait en Abidjan alors qu’il y est venu chercher sa pension comme toujours. Alors qu’il devrait être rentré, ses enfants le cherchent … et l’un deux le retrouve, comme par hasard, des jours plus tard, mais, le père ne reconnait pas son fils. Il délire … Supposition après enquête : Le choc de l’agression du papa qui voulait faire une course dans l’alentour de la gare routière avant son départ, l’a bouleversé. « LA RAISON NE TIENT QU’A UN FIL » m’a fait penser au monde qui se perd de plus en plus, et au fait que ceux qui ont vécu d’autres époques ont peut-être, heureusement, échappé au visage terrifiant de la société actuelle. La nouvelle du même nom que le recueil, N°5, P.39, « MADAME CHAUVIN », la N° 7, P. 59 et « UN PETIT CAFE », 13ème « histoire », P. 101, sont celles que je veux citer sur les 15 du recueil, pour ne pas en faire trop 😉

AVEC CONVICTION qui tient sur 14 pages, vraisemblablement la plus longue, m’a le plus retournée. C’est une affaire de sorcellerie. Une affaire de maladie dont la cause est une mère qui découpe, avec ses confrères, leur viande sur le bras de son fils. Un bras qui abrite une plaie … que les sorciers en ont marre de laper. Et bien, je tiens à ce que vous viviez ce que j’ai vécu avec ma lecture …

Dans « MADAME CHAUVIN » , une femme effectue un voyage en France grâce à son Eglise. Au lieu de rentrer comme prévu, elle « cale » dans le pays de la tour Eiffel … Le rêve de son mari resté sur les terres natales avec leurs enfants prend ainsi forme. Celui de s’en sortir par l’Europe … Que va faire notre chère Camerounaise, fille de roi, femme de Charles, devenue aussi la femme de Henry le Suisse ? En tout cas, c’est clair que pour certains intérêts, les hommes sont capables de passer sur des choses… Eh ! Les femmes ne sont donc pas les seules calculatrices ! Sinon, comment Charles aurait-il pu accepter une telle situation ? La polyandrie ?

« Un petit café » est le code de nos frères qui ont immigré en Europe et qui pour gagner de l’argent à envoyer au pays, se prostituent …

AVEC CONVICTION ! Je dois aussi lire, au plus vite, LA COULEUR DE L’ARGENT de Constance KOMARA Mariam …


Merci de suivre le blog, de vous abonner et de le faire connaître ! 😉 A bien vite pour un autre partage ! 🙂 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :