Hello ! 🙂 Elle tardait depuis le temps, l’interview décalée ! Cet épisode va par ailleurs vous marquer j’en ai la certitude … Et comment !

Une jeune femme, artiste, auteure, modèle … répond aujourd’hui à mes questions. Elle sort un bout d’elle. Bonne lecture.

Dank Kriz ou encore Onawihénawi sont les noms peu communs par lesquels l’on peut vous identifier sur la toile, notamment sur Facebook. Une histoire se cache-t-elle derrière eux ?
DANK est mon patronyme et ONAWIENAWI mon troisième prénom AFRICAIN. Il signifie « celle qui ne veut pas que les enfants pleurent ».
Je m’appelle aussi ABEHIO. Les femmes qui ont porté ce prénom étaient toutes affectueuses et très protectrices avec les enfants. De belles histoires se cachent derrière mes prénoms !
Et ben ! C’est l’africanité même qui s’affirme dans les noms choisis ! On espère que nos futurs calendriers auront nos marques et que nos prénoms atypiques seront aussi utilisés par d’autres peuples comme on continue de le faire nous! 
Au-delà de la vie ou encore de l’image à laquelle le public a généralement accès, quelle femme êtes-vous ? 
Femme à l’état civil et physiquement, je suis née en CÔTE D’IVOIRE. J’y ai fait une partie de ma vie et puis j’ai été expédiée en France par une maman écrasée par la pauvreté et les charges. Je suis maman de deux enfants et célibataire depuis quelques jours seulement.
J’aime cogiter sur l’AFRIQUE, j’aime écrire et me lancer des défis. Voir mes enfants grandir,  je crois que c’est la plus belle de mes réalisations. Je déteste voir les enfants souffrir … surtout les petites filles.
Tu portes bien ton prénom ONAWIENAWI, femme Dida !
Il y a aussi une réalité à prendre en compte … Aujourd’hui, on peut changer d’identité, entièrement, physiquement … Tu es une femme depuis toujours, j’ai bien compris ! 🙂 
Mère, belle, et célibataire depuis peu apparemment ! Hmmm
FB_IMG_1558982375908
L’on peut associer votre image à celle de la photographie de nu avec vos différents clichés. Que pensez-vous de la première édition du festival africain de la photo de nu ? 
Bien sûr, cela ne me dérange pas que l’on associe mon image à celle de la photo de nu ! Ce qui me dérange est de me classer dans l’érotique.
L’édition du festival Africain du nu est une belle chose. Ce qui m’a par ailleurs dérangée : beaucoup de photos n’étaient pas tournées vers la culture mais juste vers l’érotisme émanant de la femme noire ! Voir des photos du sexe féminin comme ça, c’est insupportable pour moi. On ne peut pas associer cela à la culture Africaine ! Dans note culture le nu est subtile et bien conditionné ! On ne montre pas l’antre sacré de la naissance … Ça m’a dérangée de voir ces tableaux … Et il y avait peu d’apparats AFRICAINS. C’est sinon une belle avancée mais un peu trop érotisée.
Hmmm … art, érotisme, sacralité, subtilité … En tout cas moi, j’aurais aimé poser et j’attends que l’on intègre toutes les femmes, pour parler d’art et de beauté, celles avec les marques du temps et des circonstances aussi ! Rires. Je ris mais c’est sérieux !
Quelle est la source de votre amour pour l’art ?
Je pense que je suis née avec cette sensibilité, cette chose qui me rends mélancolique et me pousse à créer … C’est aussi la famille peut-être !
Dans ma famille il y a un tas d’artistes qui ne veulent pas se montrer au monde, comme ce neveu qui joue de tous les instruments de musique sans apprendre ! C’est de famille un peu je pense.
Super ! 🙂
De façon concise, en quoi consiste votre activité artistique qui est parfois jugée limite d’indécente à cause de vos photos ? Quel est votre objectif ?
La concision est t-elle dans l’esprit d’un artiste ? l’activité artistique n’est pas cartésienne … Je vais quand même essayer de justifier mon inspiration … Retour aux sources, capter l’attention sur le potentiel de notre continent (couleur de peau, naturel, tissus, artisanat et apparats) … C’est un challenge ! Être maman et poser nue est un challenge que j’ai réalisé, avec des vergetures et toutes mes imperfections et même mes seins tombés. L’indécence de mes clichés est dans la tête de ceux qui les dirigent vers de l’érotique ! Il y a sinon des publicités dans les rues qui montrent des images bien plus osées !
Mon objectif est culturel dans tous les sens du terme …. Montrer nos tissus, notre peau qui tend a être diabolisée, notre culture du naturel ! Et surtout m’exprimer en tant qu’artiste dans un travail qui décomplexe de nombreuses femmes surtout quand je pose avec mes vergetures ! Tout est clair ! Les gens font juste semblant de ne pas comprendre.
Et ben dis-donc, il y en a à découvrir, à apprendre et à comprendre ! Merci de faire ce combat pour la femme !
Pour moi par contre, l’esprit d’un artiste a beau être « voyageur » il a son domaine de prédilection, car le terrain est trop vaste pour prétendre le posséder. Je sais que certains n’en n’ont pas grand chose à faire de mon avis mais bon … Interview décalée de Lisi ! 😜 
FB_IMG_1559040114826
Vous considérez-vous comme une artiste incomprise  ? 
Je suis juste face à un public qui ne veut pas quitter sa zone de confort ! Le jugement lui permet d’y rester, de ne pas subir le changement et ses aléas. Il choisit la facilité  et le jugement … C’est plus facile !
Nous sommes aptes à juger et aveugles face à nos défauts.
Vous êtes aussi auteure. Parlez-nous un bout de vos écrits.
Je suis auteure de Mon colonel  et mon deuxième livre arrive en septembre. L’écriture c’est ma vie ! Mes expériences et celles de mes proches combinées pour dénoncer et alerter !
L’écriture fait bien aussi partie de ma vie! Merci de tirer la sonnette d’alarme … ! Quand est-ce qu’on enregistre pour mon émission littéraire qui passe dimanche (17h) et en redif mercredi(19h) sur la radio Alobhé de Bingerville (100.8 FM) ?
Nous avons pu lire votre colère face à ce que vous qualifiez de mépris témoigné par la presse ivoirienne. Dites-nous tout.
Avec du recul, je me dis c’est très bien ! L’avenir nous dira si elle continuera de me bouder cette presse ivoirienne … Je préfère ne plus rien dire à ce sujet ! Mais je sais que ma reconnaissance ne viendra pas des ivoiriens .
L’avenir dira quand je ne vais plus être pétrole mais kérosène ! Rires.
Qu’avez-vous envie de communiquer aujourd’hui à toutes les personnes qui liront cet interview ?
La persévérance, la foi et le goût de l’aventure. Lancez-vous jeunes filles ! Femmes, ayez confiance en vous et vivez pleinement vos vies sans complexes.
Messieurs, respectez vos femmes, elles subissent jusque dans leur anatomie pour être votre double.
Jeunes hommes, apprenez à respecter les femmes et à les ériger en reines ! Vous en deviendrez des rois.
Il faut rester combatif malgré les difficultés et croire que quelque part là haut il y a peut-être une étoile pour nous ! Il ne faut pas manquer de foi et de convictions.
Quels mots ! Notre société en a besoin … Mais pour le goût de l’aventure, la peureuse que je suis réfléchit un peu encore ! Et puis, elle n’a pas dit de faire tout et n’importe quoi hein !
Des projets ?
Les arbres de la forêt poussent en silence mais on les voient s’étirer dans le temps ! Mon livre et ma marque de vêtements arrivent. Attendons de voir ! Pour le reste, mieux vaut laisser découvrir … DIEU FERRA. Merci à vous.

Merci à toi ! 🙂 Je retiens le proverbe … Qui vivra verra.


Merci de suivre le blog, de vous abonner. A bientôt pour un autre partage ! 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :