Désir imaginé

La douleur m’a fait découvrir des larmes
Les larmes, mes larmes …

L’anesthésie passée, les sens sont éveillés, réveillés

J’ai mal mais pour toi

Je suis allongée et j’ai fermé les yeux un instant pour me reposer
Et tu m’es venu à l’esprit
Toi que je n’avais jamais vu là
Toi que je n’avais jamais vu
Toi que je n’ai jamais vu …

Je t’ai imaginé avec moi
Tout beau, tout beaux,
Enlacés
Je n’ai pas voulu m’arrêter
J’ai senti la passion,
J’ai senti le désir
J’ai senti le manque
J’ai senti la volonté
C’était beau
C’était si beau …

Tu avais les mains dans mon dos
Les doigts sur ma peau
Les doigts dans ma peau
De bas en haut …

Puis la peur a pris le dessus
La peur de l’inconnu,
La peur de te décevoir,
La peur de ne pas être à la hauteur
La peur d’être déçue.

Je ne sais pas …
Toi que je ne connais pas
Je ne sais pas …
Toi que j’ai imaginé
Tout beau, si beau
Tout beau, si doux…

Oui j’ai fantasmé
Oui j’ai pensé
Pensé à ce moment

Tu m’as donné un dernier baiser
Je t’ai chuchoté je ne sais plus trop quoi
MP je crois
Non je ne voudrais pas …
J’ai ouvert les yeux
Puis je t’ai écris ce massage

Oui on peut l’appeler rêve
Oui c’est un rêve
Oui c’était un rêve
Oui on peut dire que c’est un rêve
Oui on peut dire que j’ai rêvé
Oui on peut dire que c’était un rêve
Oui on peut dire que je suis une rêveuse

Mais en réalité, c’est un désir.
Pas un rêve
Ou bien si
C’est le désir
De rendre cette réalité virtuelle … réelle

Le désir que cette anesthésie ne passe jamais
Pour que je ressente toujours ce plaisir
Qui se transformera peut-être en douleur si elle passait.

Emportée
Révoltée
Charmée
Accrochée à ces pensées
Je t’ai écris ce message
Presque insensé, presque insensée
Rempli du sens de mes sens.
Remplie du sens de mes sens
Intensément …

Je ne t’attends pas
Je sais que tu ne viendras pas
Mais t’imaginer ainsi
T’imaginer là …

Ce texte, ce sont mes mots et ma pensée
Un peu faussés
Transformés par le souci de ne pas te choquer
Toi que je pense nerveux à l’idée de te dévoiler
Pourtant, je suis toute ouverte à toi
Et je n’attends que toi

Comment es-tu ? Qui es-tu ?
Je ne sais pas vraiment mais je pense à toi
Et je crains que cette essence qui brûle
Qui enflamme mes sens
Ne soit qu’une substance virtuelle, irréelle
Qui peut n’être qu’amère

Je ne sais plus ce que je dis
Je ne sais plus quoi écrire
Mais je ne veux m’arrêter,
Mais je vais m’arrêter
Là …

Je ne veux pas que tu t’arrêtes
Veux-tu continuer?
Veux-tu marcher?
Veux-tu essayer?
Veux-tu te dévoiler?
Le visage voilé ?
Me faire m’envoler?
Toujours caché?
Tout cacher?

Je ne sais pas
Je ne sais pas ce que je veux
Je ne sais pas ce que l’on peut
Mais je sens que je te veux

Écrit le 26 octobre 2016

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :