Ce que vous allez lire est la version vraiment simplifiée de ce que j’avais écrit, ou encore de tout ce que je souhaite communiquer, relativement à mon titre. Pour ne pas être trooop looonnngueeee, moi la demoiselle qui a tant à dire, à écrire …
J’avoue tout de suite, les 4 premiers mots de mon titre sont inspirés du « Juste Un Peu De Moi (sorte de petit journal 😉) pas pu trouver le lien 😦 » de Ksyty Winkel☺ Je n’ai pas vraiment cherché, c’est ce qu’il collait le mieux à mon désir … Ksyty, je suis « tombée » sur elle lors de l’une de mes nombreuses ballades sur Internet. Je trouve, selon ce que j’ai eu l’occasion d’apprécier « en global », que c’est une personne inspirante et humble. Quant à mes ballades sur Internet … Hummm comme j’en fais ! On pourra dire que je suis une accro, de Facebook par exemple. Mais moi je pourrai dire aussi que c’est ma curiosité qui me tue, mon désir d’apprendre, de découvrir … Pas l’habillement à la mode ni le buzz du showbiz par contre ! Ces impératifs, si j’en ai déjà eu, sont bien REVOLUS ! Beaucoup de choses sont à revoir dans nos systèmes et nos comportements, pour nous et notre société. Les priorités sont à revoir et il faut trouver les moyens pour changer les choses.

Que du bol ! 😅

Je dis parfois et c’est bien et très vrai, que j’ignore beaucoup de choses. Je ne sais pas mon histoire, l’histoire, par exemple. On ne peut pas dire que je suis  une personne cultivée. Je suis plutôt entrain d’apprendre … et chaque fois que l’on m’apprécie, me dit que je suis intelligente, je suis contente mais un sentiment de crainte, de peur, s’empare en même temps de moi. La peur de décevoir … Comme je disais, je n’étais pas une as à l’école. J’y allais parce qu’il fallait y aller, et j’ai bien eu beaucoup de chance de faire mes classes pour les cours primaires et élémentaires, et le lycée, loin des grandes villes. Et je dirai SURTOUT, AVEC MES PARENTS, malgré tout.
J’étais quand même à l’abri de grandes influences, de grands maux. Vivre de 0 à 17 ans avec eux a vraiment été une chance ! Je le crois … Ainsi, malgré mes prédispositions peut-être à être têtue, l’éducation qu’ils m’ont inculquée a freiné beaucoup de choses. M’a épargné beaucoup. Je dis cela car je sais la suite … Ce à quoi j’ai été exposée et ce que j’ai fait loin d’eux, une fois à Abidjan. C’est tout un autre chapitre.

Etre reçue au BAC à 17 ans et n’être sur le point de faire un master 2 qu’à presque 27 ans, c’est bien pour plusieurs raisons. Un vrai black out de plusieurs années. Bon, après, l’école, ce n’est pas non plus tout, même si on y apprend des choses qui nous servent beaucoup. Ça, c’est encore tout un autre sujet.

J’ai des prédispositions que je sais, poussée par une Force « invisible à l’œil nu ». Ça aussi, c’est une autre réalité. Sinon comment expliquer qu’une personne qui n’étudiait pas, JE N’ETUDIAIS PAS, puisse faire un parcours sans faute ? Être parfois parmi les meilleurs en classe ? c’est pas classe de maintenant là hein même si c’est pas non plus l’époque du probatoire. J’ai déjà eu de mauvais résultats mais il y en avait surtout de pas mal.
Je me souviens qu’en primaire, alors qu’il y avait les compétitions (génies en herbe), mon professeur m’avait choisi pour faire partie de l’équipe de mon école. Parce qu’on me voyait comme un exemple ! Probablement en raison de mes résultats … Que j’obtenais par je ne sais quels miracles ! 😅 Moi j’avais la trouille ! Nous avions été derniers ou avant derniers (je ne me souviens plus exactement). Les autres s’étaient bien moqués ! Parce que notre école avait une certaine renommée … … Quand on posait une question lors de ce concours (je devais être en CM), mes coéquipiers pour concertation avant de donner la réponse du groupe, demandaient mon avis. Moi je ne savais même pas que dire ! Et parfois, le temps passait, et les autres répondaient juste, et nous avons été éliminés ! Peut-être que s’il s’agissait d’écrire … ça aurait été autre chose.

Et mes gloires ?! 🤔

Ma plus grande gloire (rires) c’est celle du lycée. Ma prière, c’était que personne ne me vole la vedette en français (rires). Mon ami Soum était presque toujours premier en classe ! Mais mon affaire de français et de philo seulement, je ne voulais pas qu’il m’arrache (même si la grammaire et l’orthographe c’est pas mon truc) … Et pourtant, je n’étudiais pas ! Mais j’étais toujours n° 1 là-là je crois hein !

J’explique encore. Le jour de la proclamation des résultats du BEPC, je suis arrivée au Lycée bien tard. J’avais un petit copain. Nous étions très souvent ensemble. J’avais croisé ses petits frères à l’entrée de l’école. On m’a annoncé que j’étais admise. Je n’y croyais pas. Et, ils m’ont laissé entendre que je « pompais » tout le temps de leur frère et me cachais moi pour bosser. Mon amoureux (rires) avait heureusement été orienté malgré son échec au BEPC. J’avais eu mal de la réaction de ses frères, car je savais que je n’étudiais ni ne pouvais « me cacher » pour le faire.

Comme je tardais avant de rentrer ce jour-là, j’ai appris que papa disait que je devais rentrer même si j’avais échoué. Pour dire que ça n’était pas grave. Quand je suis rentrée, et que j’ai annoncé la nouvelle de ma réussite, je pense qu’on n’y croyait pas à la maison. Si j’ai bonne mémoire, on avait même demandé à quelqu’un d’aller vérifier au tableau d’affichage.
Bon. Pour l’épisode BAC, je n’étais même pas dans la ville le jour de la proclamation des résultats. J’étais allé commettre un forfait. C’est à la suite d’un appel téléphonique que je su mon résultat. Je n’y croyais pas non plus, mais Eloge avait confirmé l’affaire.
Je ne connais donc pas cette sensation, quand on dit votre nom, ce qu’il signifie un succès. Il paraît qu’elle et unique. Enfin, je me dis que c’est peut-être mieux pour moi, vu comme je suis une pleureuse. J’en avais quand même une idée par contre, quand mon grand frère Franck avait été reçu au BAC blanc du même lycée. Le Lycée Moderne de M’batto (LMM). Il était en terminale D et seulement 3 élèves à réussir cette épreuve. J’avais crié je crois, en entendant son nom. Et, j’ai entendu quelqu’un dire qu’on verrait bien pour le « vrai » BAC, le « rouge ». Il y a toujours des gens comme ça hein … Et bien, il avait décroché le ! En tout cas moi, je n’ai pas connu affaire d’examen blanc, autant pour l’année du BEPC que celle du BAC. Ces années-là, les examens n’avaient pas été organisés !
Avant de continuer, j’aimerai revenir sur Ksyty … J’avais lu un commentaire d’elle à propos d’un post de Regina Biteghe, qui parlait de nos façons d’éduquer en Afrique, parfois. On veut que nos enfant soient médecins, juges… mais on est réticent à ce qu’ils soient cuisiniers, stylistes … plus facilement. Alors que rien ne sert de forcer « ou c’est pas pour nous ». Encore un autre sujet à développer. J’avais écrit à la belle, et nous avions commencé à échanger des messages. Quant elle a lu ma présentation, elle a signifié avoir l’impression qu’elle l’avait coécrite. Je ne le lui ai jamais dit, mais je me retrouve aussi très souvent dans sa façon d’écrire, dans ce qu’elle écrit.

Aujourd’hui …

Nous y arrivons. Je l’ai déjà dit, je suis venu à ma formation en journalisme juste parce que je cherchais à fuir les mathématiques. J’ai demandé, c’est où on fait pas les maths ? Rires. Ma passion pour l’animation elle, est certainement venu du fait que j’aime parler (mais timide en public hein) et écouter la musique. Celle pour l’écriture … difficilement explicable. C’est des vagues de désirs, de sensations, d’émotions. Je sais en tout cas qu’en 4ème, j’ai dit vouloir devenir journaliste (juste comme ça) et en 1ère année de licence, écrivain. Juste comme ça aussi je crois. Là, j’écris, j’écris, j’écris …

On se demande bien ce que peut faire gagner l’écriture !

Beaucoup de personnes, même de ma famille, ne voient pas trop ce que ça peut me rapporter d’écrire. On pense peut-être finances ! Oui-oui, c’est ça. C’est bien pour cela que j’ai aussi envie d’arriver à quelque chose de grand par l’écriture, même si ce n’est pas pour en être riche (parlant ici d’argent). C’est la raison pour laquelle être parmi les 10 finalistes du prix Regina YAOU de nouvelles, organisé par l’Association des Ecrivains de Côte d’Ivoire, me rend plus que fière. On pourra lire ma nouvelle intitulée : LE VOYAGE VERS L’INCONNU, quand le livre collectif paraîtra. C’est déjà ça. Même si tout devait s’arrêter là, ma joie sera la même car c’est une sorte de soulagement pour moi. Pour certains, ce peut être peu, mais pour moi, c’est très grand. Une autre chose qui me rend fière, c’est que  je n’ai demandé relecture qu’à Régis. Qui n’a pas l’oeil d’un « expert ». Je comptais sur lui pour mes erreurs, comme j’ai dit, les accords et autres c’est pas mon truc. C’est Désirée qui m’avait dit, la première fois que j’essayais un « concours » qu’il pourrait me relire. J’ai finalement même grandement changé l’histoire avant de la balancer. Merci à Oscar Konan qui m’a dit pour le concours. Fabien, le personnage principal a le nom en langue qui commence par « N’Z », que tu m’a donné. Pour les résultats, Désiré Esse et Abel Kouame m’ont dit. 

Croyez-moi, on peut avoir des ami(e)s, qui savent pour ce que vous faites ou aimez faire, qui peuvent même solliciter votre aide pour la relecture de texte à propos de concours qui pourraient vous intéresser, et ils le savent, sans vous en informer (de l’existence du concours même). Je suis aussi fière d’être lue par beaucoup de personnes, de l’extérieur aussi et même plus, qui m’apprécient. Je comprends juste, de mieux en mieux, le dicton qui dit qu’on n’est pas prophète chez soi … tant que l’or et l’argent n’ornent pas nos têtes … j’ai ajouté, et je redis. Je tiens par ailleurs à dire Merci à vous tous qui me soutenez. Il y en a aussi beaucoup d’entre vous, qui me soutiennent.

J’ai parlé de force invisible, pas parlé de Dieu, d’un dieu, de dieux, expressément.

Le règlement du concours ici, les résultats (finalistes) .

Sur ce, que le courage et le temps nous permettent de toucher nos nobles objectifs. A bientôt pour un autre partage.


Quelque chose à communiquer ?  Merci de laisser un commentaire !

Je vous invite aussi à suivre le blog, à vous abonner. A bientôt pour un autre partage! 🙂

3 commentaires sur “Un peu de MOI à la faveur de MON NOM sur LA LISTE DES FINALISTES DU PRIX REGINA YAOU DE NOUVELLES (édition 2)

Ajouter un commentaire

  1. « Pour l’épisode BAC, je n’étais même pas dans la ville le jour de la proclamation des résultats. J’étais allé commettre un forfait. » De quel forfait s’agit il ? (rires)
    Ceci dit, je ne peux que te souhaiter une bonne continuation dans ce que tu entreprends : l’objet de ta passion.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :