FB_IMG_1538688315675Alors qu’un énième drame est survenu aujourd’hui à Abidjan, je viens partager mon texte d’un jour. Nous étions le 10 juillet de l’année 2017.

Bonjour à tous. J’étais encore en retard ce matin alors, j’ai pris un taxi. En chemin, niveau « nouveau goudron », un gbaka était garé en pleine voie, ligne du milieu.
Des passagers avec des bagages devaient descendre là. Mon taximan parlait du comportement des conducteurs, disant qu’ils sont beaucoup trop indisciplinés et que nous les passagers les encourageons certaines fois. On ne devrait pas descendre là, même si le feu est rouge, ayant en plus des bagages …
L’un des messieurs qui descendait du véhicule, d’un certain âge, ne comprenant certainement pas ce que le chauffeur faisait passer comme messages, gesticulait et parlait. On pouvait comprendre qu’il demandait au taximan de sauter le gbaka …
Moi, je disais à mon ami chauffeur de ce matin que malgré tout, ils n’écoutaient généralement personne, nos amis « samenfou » .

Un soir, vers 18h30, alors qu’il y avait une grande affluence, nous embarquions dans un bgaka pour rentrer chez nous. Le conducteur demarra en trombe. Les femmes, plus nombreuses, se plaignaient en lui demandant d’aller prudemment. Le chauffeur répondit qu’on pouvait descendre si on ne voulait pas rester dans le véhicule. C’est dire qu’il n’avait pas l’intention de prendre en compte les dires. A peine plusieurs personnes avaient répondu qu’elles descendraient qu’il se gara précipitamment pour nous laisser là et aller prendre un peu plus loin, les nombreuses personnes qui attendaient.

Sur l’axe Abidjan-Bingerville, dans la ville de Bingerville, les accidents continuent d’être courants.
Mon chauffeur de taxi me disait alors que nous étions dans un ambouteillage et arrivions bientôt à destination qu’il y a moins d’un an, un accident qui avait été enregistré pas loin de L’EMPT avait fait environ 12 morts à cause de l’indiscipline d’un chauffeur de bgaka qui était plus pressé que les autres. Il roulait sens inverse quand un gros camion arrivait

J’ai appris ce matin qu’il y a eu un accident au niveau de la « nouvelle gare », à Bingerville. Un camion aurait froissé sur son passage plus de 3 bgakas et percuté des passants.

Comment imposer la discipline à ceux qui s’envolent avec nos vies parce qu’ils n’en n’ont rien à foutre jusque-là des principes et des codes?
Moi je pense au vote d’une loi, à l’établissement de règles concrètes et suivies, à une répression sévère.
Merci.


Ce 4 octobre 2018, un minicar serait tombé dans la lagune Ébrié, alors qu’il était sur le pont de Gaulle. Selon certaines sources, seul l’apprenti aurait survécu,  quand on déplore la mort de 18 autres personnes.

Une information officielle permet d’apporter un démenti à ce bilan mais il n’en demeure pas moins que les phénomènes gbaka, indiscipline … sur la route existent et qu’il faut réellement s’y pencher.

Vu l’effervescence, c’est aussi le lieu de rappeler qu’il est vital de se référer aux médias officiels et/ou crédibles  pour s’informer.


Une ou des personnes seraient-elles fautives? Comment et pourquoi ? Que faire pour commencer à mieux protéger les usagers de la route?

Après mon témoignage et les plaintes récurrentes des passagers des véhicules de transport appelés communément gbaka, qu’est-ce qu’il a changé ?


Je n’ai pas de chiffres ni de témoignages pour apporter une réponse à la dernière question. Quant aux précédentes, des expériences viendront permettre des réponses.

Certaines personnes diront que les accidents, ça peut arriver. A tout le monde. Oui, je suis d’accord. Mais, quand on sait qu’en Côte d’Ivoire, et ceci n’est pas un secret d’État, certaines personnes « payent » le permis de conduire, il y a de quoi s’inquiéter.

Quand on sait que certaines personnes ne mettent JAMAIS les pieds dans une auto école mais se voient délivrer le permis … Quant on sait qu’il faut donner de l’argent pour passer le code, que penser ? Quand le chauffard fait la loi sur les routes et ferme leur bouches aux agents chargés de maintenir l’ordre, de protéger les biens, avec des billets, quand on sait que l’impunité et la mauvaise foi sont au rendez-vous chaque jour … Quand on sait que les conducteurs de bgaka sont parfois des enfants, qui prennent des stupéfiants ?

Parce que les pauvres populations n’ont pas grand choix, elle accourent remplir ces corbillards ambulants comme dirait l’autre, pour atteindre leur destination. Pour quelques pièces, 100, 200, 300 … francs CFA, le coût et le moyen de transport qui devrait nous sauver, nous finissons sans vie.

Les solutions ? 

A la lecture des problèmes, elles ressortent déjà. Mais, je veux ajouter que la mafia autour de l’industrie du transport ivoirien doit être démantelée. Il faut une rénovation. N’est-il pas possible qu’une ou des sociétés sérieuses soient exigées (création) pour gérer le secteur des transports en commun ?

Il y a des jeunes gens bien qui cherchent du travail, qui sont honnêtes, travailleurs et respectueux. Il y en a qui ont arrêté l’école pour plusieurs raisons. Ils n’attendent que ça … On me demandera ce que l’on fera de tous les « samenfou » au chômage et qui pourraient être dangereux ? Je demanderai comment la Chine fait …

YAKO.


4 octobre… journée mondiale des animaux.

Merci à tous.

Je vous invite aussi à suivre le blog, à vous abonner. A bientôt pour un autre partage ! 

4 commentaires sur “Destination : La mort

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site Web propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :